www.terredudragon.fr

Accueil

News

Le Souffle du Dragon

Le Trésor du Dragon

L'Art du Dragon

Photos

Téléchargement

Liens

Livre d'Or

 

Admin

Informations

Webmaster : Jaïs

Envoyer un message

Je ne suis que le webmestre de ce site. Le Trésor du Dragon est mis à votre disposition pour votre travail personnel. Cependant, l'intégralité du contenu est copyrighté "terredudragon.fr" pour le compte de leurs divers auteurs. Merci d'avoir la cordialité de respecter ce droit dans vos publications.

Déjà 232231 visites

La Simplicité

En général, nous imaginons que la simplicité s'atteint en se conformant à un mode de vie particulier ; mais ce processus d'imitation n'a rien à voir avec la simplicité authentique, celle qui libère l'esprit de tout attachement aux valeurs égotiques. Suivre un modèle, une norme de vie, cela n'a rien de simple. Au contraire, ce processus est source de complications et de confusions. Il se résume à une sorte de projection de concepts et une fuite de la réalité. En vérité, lorsque nous cherchons à nous conformer à un certain système de vie que nous appelons, par erreur, simplicité, nous ne faisons que de perpétuer le comportement acquisitif de l'égo qui veut fuir la réalité de sa vacuité. Le processus de vouloir posséder la simplicité n'est pas simple. Vouloir être simple, c'est s'enfoncer à chaque fois davantage dans un orgueil qui s'ignore. Car l'égo ne peut pas être simple ; cela lui est tout à fait impossible.
Par cela, nous pouvons donc constater que la simplicité est une vertu bien plus profonde que le simple fait de suivre une norme de vie avec peu de vêtements, un seul repas par jour, une vie retirée du monde, peu d'argent, peu de lectures et un esprit imitant l'infantilisme. Car même cela n'est que culture égotique ; cela n'a rien de révolutionnaire et ne peut nullement provoquer une mort initiatique authentique. En pratiquant une telle discipline de vie nous espérons pouvoir atteindre la Vérité simple, nue et claire, mais nous nous trompons lamentablement. La simplicité est ailleurs ; c'est une vertu spontanée et céleste. En suivant une norme de vie assimilée à la simplicité, nous fermons l'espace à toute expression libre, nous bloquons la possibilité de manifestation de cet extraordinaire moment dont l'égo est absent.

L'homme véritablement simple ne suit pas une norme de vie ; il est bien plus naturel, bien plus spontané que cela. Lorsque nous suivons une norme de vie que nous appelons simplicité, nous sommes fort loin d'être simple. Car la discipline de la simplicité implique une répression. Plus nous souhaitons être simple, plus nous réprimons ce qui en nous, s'oppose à notre idéal de simplicité. Or, cette auto-répression est loin de nous conduire à un état sans conflits intérieurs, un état authentiquement simple et dépouillé de manipulations. Lorsque nous mangeons peu, pratiquons des exercices spéciaux de méditation, revêtus de haillons, nous ne faisons jamais qu'imiter extérieurement la véritable simplicité qui conduit à la manifestation du Souffle Intérieur. Nous ne pourrons réellement comprendre l'humilité authentique et la véritable pauvreté que lorsque nous serons si pauvre que n'existera plus en nous d'attachement aux valeurs de l'égo. Nous pouvons renoncer à de nombreuses choses dans la vie. Nous pouvons renoncer à une vie d'homme célèbre et riche, nous pouvons renoncer à notre fortune et à nos possessions ; toutefois, si nous ne renonçons pas à nous-même, à celui qui veut toujours être plus, avoir toujours plus - quand bien même ce plus serait un moins - alors nous ne serons jamais des êtres simples, transparents à la véritable nature de notre Coeur. Il est nécessaire de comprendre ceci très clairement, en s'observant soi-même d'instant en instant, en constatant à quel point nos efforts et nos auto-répressions nous conduisent souvent à un point opposé à notre objectif initial.

L'homme véritablement illuminé par la simplicité n'est pas celui qui revêt la tunique de l'humilité, faisant d'innombrables voeux de ne plus faire ceci et de faire cela, cultivant la simplicité en ne prenant qu'un seul repas par jour. Car tout ceci n'est bien souvent qu'une pure recherche subtile de satisfaction personnelle : la satisfaction de parvenir à la simplicité.
L'homme véritablement simple, l'est avant tout intérieurement. Il a cessé de vouloir devenir quelque chose ; il a cessé de s'inquiéter d'être trop ceci et pas assez cela. Cet homme est tellement simple qu'il est dépossédé des processus égotiques qui rendent l'homme trop riche de lui-même. Un tel esprit est capable d'une grande adaptabilité et d'une réceptivité sans mesure ; il n'est à la poursuite de rien ; il est libre de toute barrière et de toute limitation égotique. Seul un esprit simple est capable de recevoir la Vérité, Dieu, la Gnose, le Souffle (appelez-le comme vous le souhaitez). Toutefois, l'homme qui poursuit sans cesse quelque chose, l'homme qui poursuit la simplicité n'est pas simple. Lorsque nous suivons une norme de vie, il est évident que nous ne pouvons pas avoir de sensibilité et de réceptivité. La simplicité n'est pas une possession ; on ne peut l'atteindre au moyen d'une discipline, d'une décision d'être simple, d'une répression de notre complexité. La simplicité ne peut venir à nous que dans la mesure où nous avons une claire connaissance de soi, sans limitations, sans identifications, sans normes de jugement ou de volonté acquisitive. Lorsque nous obligeons notre esprit à la simplicité, une telle répression ne peut que nous conduire à une confusion encore plus grande. La simplicité implique la spontanéité. Pouvons-nous dire d'une personne qu'elle est simple lorsqu'elle agit toujours en calculant, en suivant certaines normes d'action ? Non, évidemment. La simplicité, la pauvreté spirituelle sont quelque chose de bien plus naturel et spontané.

Une vertu qui se cultive n'est pas la Vertu véritable. La grande différence entre moralité et sainteté se trouve là.
Il est donc nécessaire que chacun de nous apprenne à voir le Chemin initiatique comme quelque chose qui doit se réaliser très naturellement et spontanément. Et cette spontanéité de la pratique ne pourra entrer dans notre vie intérieure qu'à partir du moment où nous cesserons d'avoir peur de nous abandonner.

Lorsqu'une personne nous dit qu'elle fait de grands efforts pour servir autrui, cela signifie simplement qu'elle n'aime pas son prochain. Quand l'Amour est là, les choses deviennent beaucoup plus simples et l'aide apportée à autrui ne coûte aucun effort. Tout cela devient naturel et spontané. Dés lors qu'apparaît en nous l'effort psychologique - il n'est pas ici question de l'effort pratique et physique - c'est que l'égo est là et que l'Amour est absent.

La simplicité n'est pas quelque chose que l'on acquiert par l'effort ou en suivant une norme de vie. La simplicité est fille de l'Amour. Elle se manifeste spontanément en celui qui renonce à posséder et se donne lui-même. Alors, dans cette humilité authentique, le soleil intérieur commence à déployer ses rayons sans que s'y interposent les nuages de l'effort égotique. Nous découvrons un espace libre, rempli du Souffle parce que vide de nous-même. Nous sommes simple et spontané. Nous incarnons le Souffle sans vouloir l'imiter ni le cultiver ; tout simplement, nous sommes nous-même.


"La libération ne s'atteint pas par la renonciation aux formes extérieures. On ne peut renoncer à l'image du monde pas plus qu'on ne peut la posséder ; on peut seulement la comprendre. Ainsi, l'abandon de toutes les possessions, des affections ou de la spéculation intellectuelle, ne rend pas l'homme plus libre. C'est dans une attitude changée qu'on arrive à la liberté." (J.-J. Van der Leeuw)

"En vérité, l'homme qui renoncerait à un royaume, voire au monde entier, et se conserverait lui-même, n'aurait renoncé à rien. Mais l’homme qui se renonce lui-même, quoiqu'il conserve richesse, honneur, n’importe quoi, cet homme a renoncé à tout." (Maître Eckhart)



(extrait de la Lettre Mensuelle n°12, Centre d'Etudes Hiérosophiques, 1991)

Dernière modification le : 08/12/2009 @ 13:45
Catégorie : Le Souffle du Dragon

Rugissement

Comme se lève la brume par-dessus la cime des arbres, ainsi se réveille le Dragon qui s'étire sur Sa Terre.

NewsLetter

Inscrivez-vous pour avoir des nouvelles de ce site.

Votre adresse email :

Se désabonner

Recherche

Google

Sur le web

Sur ce site





Site créé avec Phortail 2.0.7
PHP version 5.6.32