www.terredudragon.fr

Accueil

News

Le Souffle du Dragon

Le Trésor du Dragon

L'Art du Dragon

Photos

Téléchargement

Liens

Livre d'Or

 

Admin

Informations

Webmaster : Jaïs

Envoyer un message

Je ne suis que le webmestre de ce site. Le Trésor du Dragon est mis à votre disposition pour votre travail personnel. Cependant, l'intégralité du contenu est copyrighté "terredudragon.fr" pour le compte de leurs divers auteurs. Merci d'avoir la cordialité de respecter ce droit dans vos publications.

Déjà 232266 visites

Le Niveau ésotérique

Enfin, le niveau ésotérique insurpassable adopte une non perspective dont il est extrêmement difficile de rendre compte, car rien ne peut la dire. L'idée qu'il y avait quelque chose à combattre ou à libérer était une vue illusoire des niveaux inférieurs. Car avant le péché original et la chute, il y a toujours eu la grâce originelle, le pur Eveil qui n'a jamais été voilé, jamais été obscurci. Nous sommes alors au-delà de la perspective de réintégration propre à bien des traditions religieuses. Il n'y avait donc besoin ni de renoncer aux voiles obscurcissants - ils n'étaient qu'apparents - ni aux impuretés éventuelles qui figeaient l'énergie - puisqu'aucune impureté ne saurait souiller cette grâce originelle, partout présente en sa manifestation spontanée, hors du temps et donc, intouchable par les causes temporelles. L'ego et le non-ego n'ont jamais existé autrement que comme notions, au même titre que l'Etre et le non-Etre, la pensée et la non-pensée, le concept et le non-concept. Car tout cela est rêve du Dragon, émergeant spontanément et donc, n'occasionnant ni contrainte, ni trouble.

Il n'y a pas d'ennemi, pas d'ami, pas de pensées qui doivent être dénouées, pas de non-pensées qui doivent être cultivées, pas de paroles, pas de silences, pas de mots, pas d'absence de mots, pas d'ego, pas de non-ego. Rien n'a besoin d'être manipulé, purifié, réalisé, transcendé, analysé, accepté ou refusé. Sans même que ces notions et comportements n'apparaissent et même lorsqu'ils apparaissent, le niveau insurpassable réalise naturellement ce qu'il est. Au-delà de l'accompli et de l'inaccompli, de l'Eveil et du non-éveil, le niveau insurpassable s'exprime par sa fraîcheur spontanée. Le définir, c'est en quelque sorte ne plus le comprendre. Le rechercher, c'est le perdre à coup sûr. Le purifier, c'est ne pas voir sa pureté virginale. Le regarder, c'est ne pas le voir. Le toucher, c'est ne pas le sentir. Le voir, c'est devenir comme aveugle.

Mais ce n'est encore là qu'une façon de parler car il n'est guère possible d'en faire la présentation. Le discours sur le niveau insurpassable n'appartient pas au niveau insurpassable. Il se situe aux extrêmes limites du niveau mésotérique. L'homme que baigne ce niveau n'a ni Dieu, ni non-Dieu, ni créature, ni non-créature, ni religion, puisque ne peut être relié que ce qui est séparé. Cet homme est donc sa propre tradition. Mais si nous le croyons athée, nous sommes dans l'erreur. L'homme du niveau insurpassable est une prière sans fin. Sa pureté nous est insondable. Elle ne correspond pas à ce qu'il nous est possible d'imaginer. Elle n'obéit pas à nos projections morales et spirituelles.

On comprendra aisément que l'on ne puisse improviser une telle réalisation, même si elle est totalement spontanée. Tel est le paradoxe. Mais lequel d'entre nous est capable de ne jamais intervenir, d'être au-delà du rejet et de l'attrait, et qui plus est avec spontanéité et facilité ? C'est très facile à dire, mais le réaliser, c'est une autre paire de manches ! Le seul fait de vouloir le réaliser complique outrageusement la situation. Voilà pourquoi, après avoir entendu de telles choses, il nous faut revenir à une perspective progressive : parce que nous intervenons toujours sur le réel, parce que nous jugeons, apprécions et comparons, parce que pour nous, il est le pur et l'impur. Mais c'est seulement parce que nous ne pouvons assumer la responsabilité de l'Eveil, déjà là, maintenant et tout de suite. Le direct et l'indirect ne dépendant donc que de nous. Maintenant, tout de suite, il est possible de renoncer au temps en réalisant qu'il n'a pas d'existence objective. On peut se souvenir de ne pas s'accrocher à la mémoire morte qui nous fait croire à la solidité du temps. De la pauvreté, on peut passer à la richesse magique des trésors du Dragon. On peut laisser émerger la mémoire vive et se souvenir de ce qui n'a ni heure, ni lieu, ni nom, et partager son Souffle. Mais cela nous réclame tout entier !


Dernière modification le : 16/07/2008 @ 02:20
Catégorie : Les Trois niveaux de la voie initiatique

Rugissement

Comme se lève la brume par-dessus la cime des arbres, ainsi se réveille le Dragon qui s'étire sur Sa Terre.

NewsLetter

Inscrivez-vous pour avoir des nouvelles de ce site.

Votre adresse email :

Se désabonner

Recherche

Google

Sur le web

Sur ce site





Site créé avec Phortail 2.0.7
PHP version 5.6.32