www.terredudragon.fr

Accueil

News

Le Souffle du Dragon

Le Trésor du Dragon

L'Art du Dragon

Photos

Téléchargement

Liens

Livre d'Or

 

Admin

Informations

Webmaster : Jaïs

Envoyer un message

Je ne suis que le webmestre de ce site. Le Trésor du Dragon est mis à votre disposition pour votre travail personnel. Cependant, l'intégralité du contenu est copyrighté "terredudragon.fr" pour le compte de leurs divers auteurs. Merci d'avoir la cordialité de respecter ce droit dans vos publications.

Déjà 232256 visites

L'Evidence de la Grâce

La première pratique de l'entraînement en cinq points repose sur ce principe simple et indiscutable : nous sommes vivants. Au premier abord, il peut sembler extrêmement simpliste de fonder une pratique spirituelle sur une telle évidence. Au fond, nous savons fort bien que nous sommes vivants et nous ne voyons pas bien comment nous pourrions approfondir davantage cette vérité qui semble aller de soi. «D'accord, je suis vivant. Et alors ? ».
Pourtant, la méditation fréquente de cette idée que nous sommes vivants, et conscients d'être vivants, peut conduire à de très nombreuses réalisations intérieures.

Le fait d'être vivant est sans doute le plus grand des mystères et nous devons apprécier profondément le caractère rare et précieux de notre existence. Nous sommes venus au monde, notre coeur bat et nous sommes conscients d'être en vie. C'est tout à fait extraordinaire. Nous avons des yeux pour voir, des oreilles pour entendre, des pieds pour marcher et une bouche pour manger. Tout cela est infiniment bon. Ces choses qui nous semblent aller de soi sont en réalité merveilleuses. C'est pourquoi la méditation sur le fait d'être en vie nous amène à découvrir la Grâce évidente et ordinaire qui nous accompagne à chaque seconde.

L'existence humaine est extraordinairement ordinaire. Que nous puissions voir et entendre est extraordinaire. Que nous puissions respirer et penser est tout à fait miraculeux. Nul besoin d'attendre la manifestation des états supérieurs de la conscience pour se rendre compte de l'extraordinaire sagesse qui préside au simple fait d'être vivant. Tout dans notre existence naturelle est d'une précision inouïe. Notre métabolisme, les organes de la perception, les différentes fonctions de notre corps et de notre psychisme, mais aussi, la nature qui nous entoure, l'air que nous respirons et qui semble si parfaitement conçu pour nous maintenir en vie, l'eau que nous buvons, la bouche qui nous permet de la boire et l'ensemble de notre système corporel d'assimilation, tout ceci est réellement extraordinaire et miraculeux. Et le plus grand des miracles, c'est que nous puissions nous rendre compte et être conscients de ces merveilles.

La première pratique de l'entraînement en cinq points est liée à la terre. Il ne s'agit pas de se lancer dans de grandes spéculations métaphysiques mais de regarder simplement sur quoi repose notre existence. La terre sur laquelle nous sommes est fondamentalement bonne et généreuse. L'air ne se refuse pas à nos poumons ni le soleil à notre regard. Tout est ouvert et disponible. En même temps, le fait d'être en vie est extrêmement concret. Il ne s'agit pas de regarder vers le ciel en quête de miracles et de merveilleux, car le miraculeux et le merveilleux sont là, à chaque instant.

Au fond, nous sommes déjà portés par la Grâce. Nous disposons de ressources immenses qui nous sont sans cesse ouvertes. Nous pouvons respirer, boire et manger, et ceci est tout à fait extraordinaire et bon. Mais nous sommes tellement habitués à chercher plus et à nous concentrer sur ce qui nous manque que nous oublions ce qui est déjà là. Nous ne voyons plus le miracle de notre existence et la bonté fondamentale qui nous maintient en vie. Ce n'est que lorsque ces choses simples viennent à nous être enlevées que nous nous rendons compte de leur inestimable valeur. Le premier degré de l'entraînement en cinq points nous ramène à la simplicité de notre existence. Nous voyons et c'est merveilleux, nous sentons et c'est fantastique, nous pensons et c'est miraculeux. Il y a dans tout cela quelque chose de bon, de solide et de concret que le premier degré de l'entraînement en cinq points se charge de nous faire retrouver de manière plus consciente. Le caractère ouvert des choses les plus simples de la vie nous redonne confiance. Le monde n'est pas notre ennemi et nous n'avons pas besoin non plus de le conquérir. Au contraire, il s'ouvre pleinement à nous. Il nous offre de l'air à respirer et de la nourriture à manger. Si l'air ou la nourriture viennent à manquer, c'est que quelque chose perturbe l'équilibre naturellement bon de l'existence. Et c'est ainsi qu'en redécouvrant les qualités simples de la vie, nous nous découvrons entourés de Grâce et soutenus fermement par une terre qui inspire confiance et ouverture.

Pour beaucoup, la seule méditation sur ce principe du caractère précieux et miraculeux de la vie ne suffit pas à en extraire totalement toutes les potentialités. Nous sommes tellement habitués à nous plaindre de ceci et de cela, que nous oublions de considérer à leur juste valeur les choses simples qui nous entourent et la vie même qui nous fait respirer, parler, voir, entendre et aimer. Il peut donc être nécessaire, lorsque l'on souhaite réaliser pleinement cette conscience du miracle d'être en vie, d'avoir recours à des techniques plus précises et plus rigoureuses. Ainsi, il peut être proposé à l'apprenti de participer à un stage de une semaine entièrement dédié à ce principe de l'appréciation d'être en vie. Or, pour apprécier réellement quelque chose, il peut parfois être utile d'en être privé. Ainsi, celui qui se nourrit peu ou effectue un jeûne, prend mieux conscience de la grâce qui lui est offerte de pouvoir manger à sa faim dans la vie quotidienne. Si son sommeil, pendant le stage, est écourté ou perturbé, il prendra alors conscience de la grâce simple et évidente qui lui est donnée lorsqu'il peut dormir régulièrement. S'il est contraint à l'immobilité, il prendra conscience de la grâce que constitue la possibilité du mouvement. S'il est toujours tenu en mouvement, il se rendra compte de la grâce qu'il y a dans le fait de pouvoir se reposer, etc. Une pratique de une semaine, entièrement centrée sue ce point de l'entraînement de l'apprenti, peut permettre d'intégrer réellement cette vérité simple de l'évidence de la Grâce. Lorsqu'il rentre chez lui après le stage, l'apprenti a gagné en force et en simplicité. Il apprécie mieux les dons de chaque instant. Il apprécie le fait de pouvoir manger, dormir, parler, respirer. Il savoure les choses simples de l'existence et aborde toute difficulté à partir de ce sol extrêmement stable de l'évidence de la Grâce.

L'objectif de ce texte n'est pas d'être exhaustif et il existe bien d'autres techniques capables de développer les potentialités liées au premier aspect de l'entraînement en cinq points. Les qualités engendrées par ce travail sur l’évidence de la Grâce sont les suivantes : stabilité, solidité, Foi, simplicité, confiance, présence, contentement, patience, générosité, ouverture.
L'apprenti reconnaîtra ces qualités chez 1'instructeur, et plus particulièrement au moment de célébrer le rituel d'apprenti. À cette occasion, l'instructeur donne une impression de grande force et d'extraordinaire stabilité. Son attitude semble reliée à la terre et être dépourvue de toute hésitation. Avant, pendant et après le rituel, l'instructeur ne se demande pas s'il va parvenir à incarner ou non le principe spirituel qu'il doit communiquer. Il ne se pose pas la question de savoir si l'apprenti va faire ou non l'expérience de la nature fondamentale de l'esprit. L'instructeur ne se préoccupe d'aucune question et agit sans le moindre soupçon de doute ou d'hésitation. C'est en ce sens qu'émane de tout son être une impression de force et de solidité. Il incarne la Foi. De même que lorsque nous respirons nous n'avons aucun doute sur le fait que l'air que nous respirons est bien là, de même, lorsqu'il célèbre le rituel, l'instructeur n'a aucun doute quant à l'effectivité de la Présence. Cette absence d'hésitation donne à la situation une puissance exceptionnelle. L'instructeur ne se retourne pas sur lui-même pour se vérifier. Il ne se demande pas si cela va marcher ou non. Il se contente simplement d'être là, aussi solide que la terre. Cette attitude spontanée et naturelle, stable comme l'élément terre, communique à 1'apprenti une impression de puissance et de Foi. Elle provoque une situation dont les mots ne peuvent rendre compte que très imparfaitement.

Dernière modification le : 18/04/2008 @ 14:44
Catégorie : L'Entraînement en cinq points

Rugissement

Comme se lève la brume par-dessus la cime des arbres, ainsi se réveille le Dragon qui s'étire sur Sa Terre.

NewsLetter

Inscrivez-vous pour avoir des nouvelles de ce site.

Votre adresse email :

Se désabonner

Recherche

Google

Sur le web

Sur ce site





Site créé avec Phortail 2.0.7
PHP version 5.6.32