www.terredudragon.fr

Accueil

News

Le Souffle du Dragon

Le Trésor du Dragon

L'Art du Dragon

Photos

Téléchargement

Liens

Livre d'Or

 

Admin

Informations

Webmaster : Jaïs

Envoyer un message

Je ne suis que le webmestre de ce site. Le Trésor du Dragon est mis à votre disposition pour votre travail personnel. Cependant, l'intégralité du contenu est copyrighté "terredudragon.fr" pour le compte de leurs divers auteurs. Merci d'avoir la cordialité de respecter ce droit dans vos publications.

Déjà 232264 visites

Matérialisme Spirituel et Chaos



Le matérialisme spirituel, c'est l'utilisation du spirituel pour se cacher de la vie et se mentir. Mais pour quelqu'un d'honnête, le matérialisme spirituel finit par devenir une sacrée leçon, riche en éclairs fulgurants. Un vrai Guru. L'effort pour nous cacher de la vie finit par nous laisser dans un état d'épuisement total. Nous essayons sans cesse de contrôler notre expérience par les technologies que fournissent les pratiques spirituelles ou magiques. Mais nous avons beau entraîner la conscience, tout ce que nous finissons par découvrir est un observateur déconnecté, séparé du domaine relatif, ou pire encore : refoulant le relatif. Bien entendu, il est rare que cet observateur se rende compte qu'il ne maintient sa paix factice qu'á grands renforts de refoulements de l'ego, puisque le refoulement est inconscient. De plus, l'habileté dans la pratique, cultivée au cours de nombreuses années, fait en sorte que ce refoulement devienne facile, voire même, spontané. « Voyez, je n'utilise aucune technique, je suis spontané ». Mais l'homme qui conduit sa voiture pourrait aussi dire la même chose, sans se rendre compte qu'il utilise spontanément et sans penser une technique apprise et assimilée de longue date. En tous cas, c'est une grande avançée que d'être capable de se rendre compte de la fausseté de la situation et de sa zone d'ombre. Il se pourrait bien que ce genre d'éveil ne soit en fait qu'un sur-conditionnement, plutôt qu'un déconditionnement réel.

Malgré notre habileté, la vie se chargera pourtant de nous rappeler à l'ordre. Nous essayons la réddition et nous ne trouvons que résistance à ce qui ne nous plait pas. Nous tentons le renoncement et nous ne rencontrons qu'attractions et obsessions. Nous tentons alors la non-dualité, mais nous nous rendons compte que nous restons piégés dans des structures mentales qui exigent de nous la séparation. Nous nous engageons alors dans la pratique du Tantra et nous constatons que vivre l'expression de toutes nos pulsions nous paraît aussi vide que si nous vivions totalement détaché d'elles. Cette tentative de définir et de contrôler notre vie, au début distrayante, finit toujours par nous laisser sur un sentiment d'échec et de découragement. En fait, la vie ne s'intéresse pas le moins du monde á nos idées, nos structures mentales qui essaient toujours de nous assigner un temps, une localisation, un sens. La vie n'exige même pas de nous que nous puissions la comprendre et la maîtriser. Et en vérité, tous nos efforts pour la contrôler sont inutiles puisque tout simplement, tels que nous sommes, nous sommes sa manifestation.

Cette énergie bouillonnante et chaotique va donc nous conduire directement là où ne nous voulons pas aller, vers la vie dont nous voulons échapper, vers cette vie confuse et fragmentée, personnelle, attachée. Parvenu á ce point, soit nous fuyons dans le mensonge du matérialisme spirituel en apprenant à mentir et à refouler de mieux en mieux, soit nous poursuivons notre route avec honnêteté, nous confrontant au fil du rasoir bien tranchant de cette vie et de son chaos créatif. La salive des baisers de Kali devient un pur acide. De plus en plus. Nous visitons nos profondeurs, là où nous pensions nous élever. Après la destruction de tout notre édifice conceptuel, c'est-à-dire une fois que nous voyons à travers les éléments du temps, de la localisation et du sens, nous sentons bien que la vie, tout et chaque chose, nous introduit à la confusion, à la sublime confusion, à la surcharge de notre capacité de compréhension et de maîtrise. Nous pouvons essayer d'éviter cette confusion en retournant aux explications, aux philosophies et aux systèmes de tous types nous permettant d'organiser, de donner du sens et de poursuivre notre vie, ou bien nous pouvons reconnaître le chaos de notre compréhension et le convertir en porte ouverte sur la vie réelle, laquelle cache de nombreuses dimensions inconnues.

Ce n'est pas que le monde et nous-mêmes soyons des illusions, c'est que nous sommes inconnus, beaucoup trop vastes pour pouvoir rentrer dans des boites systémiques, fussent-elles dualistes ou non-dualistes. Les seules illusions sont le connaisseur conceptuel et son grandiose mensonge : le connu.

Nous organisons et exposons nos certitudes sans nous interroger á aucun moment sur les fondement de notre monde conceptuel, le temps, la localité, le sens. Nous sommes par exemple totalement convaincus de la causalité. Pour nous le passé est le père du futur. Comment, dans ce cas, pourrions-nous faire autre chose que de répéter infiniment les mêmes choses ? Nous jouons au loto maintenant et nous perdons ou gagnons, dans le futur. Nous disons alors que nous avons gagné ou perdu parce que nous avons joué au loto. Nous ne pouvons pas penser autrement. Le passé conditionne le futur en raison de notre conception linéaire du temps. Nous concevons notre vie comme un voyage linéaire du berceau á la tombe. Pourtant je le vois bien, moi, que le futur peut être cause du passé et que tout est élastique. Le fait que nous pouvions gagner ou perdre dans le futur est la cause de l'achat de notre billet de loterie dans le passé. Et si le futur pouvait être cause du passé ? Et si, comme l'écrit Tchuang Tseu, nous pouvions partir demain pour arriver hier ? Tout n'est pas aussi linéaire que nos concepts figés nous le font croire. Temps, localité, causalité.Indépendamment de ce qu'il est, ce chaos de la vie opère sans tenir compte des ces trois facteurs. Et même les technologies du présent sont pour lui une farce spirituelle, puisque le présent n'existe pas plus que le passé et le futur et n'est qu'un concept, une ligne séparant artificiellement le passé du futur et rapportant beaucoup d'argentàá ceux qui vivent sur son dos. Essayons,essayons ! Nous verrons bien par nous-même. Nous avons accepté l'endoctrinement du pouvoir du maintenant, mais le maintenant du temps ne contient aucun pouvoir et est contaminé par les histoires spirituelles que nous nous racontons. La vie, le Guru, se charge bien de foutre en l'air notre précieux instant présent, á la moindre occasion.

Le fait est, cependant, que la plupart d'entre nous continue de chercher des maîtres, des livres, des groupes fournissant quelques orientations. Que ces groupes soient traditionnels ou post-modernes ne change rien á l'affaire puisque c'est le même mécanisme qui nous pousse vers eux. Nombre d'entre nous avons recours aux méthodes et technologies spirituelles pour tenter d'être plus heureux, d'atteindre la mythique illumination ou d'avoir plus de pouvoirs. Ce n'est pas que cela soit mauvais. C'est surtout que nous récupérons ces choses pour servir des objectifs contraires aux prétendus et dissimuler notre peur fondamentale de l'inconnu, notre terreur de ne plus pouvoir meubler l'espace, de n'avoir plus besoin de rien. Dans ce processus, au lieu de nous vider pour être disponibles á la vie, nous accumulons chaque fois plus de concepts et d'expériences désordonnées, et des versions chaque fois plus subtiles et inaccessibles de notre idée du moi. A la fin bien sûr, nous pouvons apprendre á dissimuler l'intense souffrance que nous expérimentons au début de la recherche, la douleur de la séparation, la douleur de se savoir étant qui nous pousse à trouver une solution. Nous pouvons apprendre à rester dans le calme,à être plus spacieux, à exhiber notre état de conscience comme s'il s'agissait d'une voiture neuve. Le fil narratif sous-jacent à ce processus, c'est que si nous réussissons à atteindre la conscience sans conscience du maître, du Bouddha, ou du grand Sachem, alors nous nous libérerons de la douleur et nous serons heureux pour toujours. Nous pourrons même nous asseoir sur l'estrade de la salle de méditation pour donner aux autres des instructions à ce sujet. Mais voyez-vous ? Tous cela n'est qu'un conte de fées. La vie nous montre la vérité crue, à chacun d'entre nous, sans avoir besoin d'aucun intermédiaire. La douleur est tout autant la résistance au mouvement chaotique de l'énergie de la vie que l'une des expressions du dit mouvement.

Si nous rencontrons quelqu'un capable de défaire ces structures bien solides pour nous ramener au contact vivace et irritant de l'énergie vajra, quelqu'un qui explore ce mouvement de la vie, nous pouvons avoir le sentiment profond de vouloir communiquer avec cette personne et son exploration. Il ne fait aucun doute que nous finirons par le faire. Mais cette relation n'exige rien en échange. Nous n'avons rien á construire autour de cette rencontre, sinon la vivre de la façon la plus honnête possible. Pourtant, á coup sûr, nous ne tirerons rien d'elle. Et ce rien, c'est l'amour.

Dernière modification le : 19/10/2015 @ 19:48
Catégorie : Le Souffle du Dragon

Rugissement

Comme se lève la brume par-dessus la cime des arbres, ainsi se réveille le Dragon qui s'étire sur Sa Terre.

NewsLetter

Inscrivez-vous pour avoir des nouvelles de ce site.

Votre adresse email :

Se désabonner

Recherche

Google

Sur le web

Sur ce site





Site créé avec Phortail 2.0.7
PHP version 5.6.32